L’économie musicale a subit de nombreuses transformations durant ses dernières années. Les usages ne sont plus les mêmes, les besoins sont différents avec le numérique. Les artistes ne comptent plus vraiment sur le circuit conventionnel des ventes, misant alors sur d’autres moyens pour toucher leur public.

De nombreuses plateformes de streaming musicales proposent l’écoute d’albums et de playlists, de manière gratuite ou payante pour répondre à la demande des artistes et des utilisateurs. L’une d’entre elles, Spotify, se démarque nettement du lot si l’on s’attarde sur les chiffres. Il est donc intéressant de voir ce qui fait son succès, mais aussi les polémiques qu’elle engendre autour de l’utilisation des données, de la sécurité et des droits d’auteurs.

Spotify existe sous différents supports, comme les tablettes et les smartphones. La plateforme tente toujours d’innover, en prenant en compte les usages de leurs abonnés. Les applications Spotify Running et Spotify Playstation, l’un pour les joggeurs, l’autre pour les joueurs, offrent une manière pratique d’utiliser le streaming musical. Ces applications avec un public très ciblé entre dans une politique de personnalisation que Spotify mène cette année. On a notamment vu cet aspect avec le Mood Player, crée en partenariat avec HTC, qui prend un selfie pour créer une playlist selon son humeur. Avec sa volonté d’offrir un contenu individuel, la plateforme récolte beaucoup plus de données personnelles et cela peut nuire gravement à la sécurité de ces données et inciter à leurs mauvaises utilisations.

En aout dernier, Spotify a changé ses conditions d’utilisations, pour que le logiciel puisse demander aux utilisateurs leur géolocalisation, leurs carnets d’adresses… Les utilisateurs ont tout de suite réagit sur les réseaux sociaux, incitant au désabonnement. Daniel Ek, l’un des créateurs de Spotify, a présenté ses excuses et a affirmé que toutes ces données personnels étaient nécessaires pour le bon fonctionnement des nouvelles caractéristiques de la plateforme. Mais on peut remettre cette affirmation en question, si l’on considère que Spotify est sur le point de devenir un réseau social.

Peu de personnes qualifierait la plateforme de réseau social. Mais Spotify semble aller dans ce sens, avec sa nouvelle application permettant de partager sa bibliothèque de titres avec ses amis. Ces données personnelles pourraient très bien dans l’avenir être échangé, pour que les publicités que nous recevons soient adaptées à notre consommation par exemple. Mais les débats sur ce sujet sont ouverts, la plateforme pouvant très bien justifier le besoin de ces données pour ses applications. Le fait que Spotify pourrait savoir où nous sommes et ce que nous faisons peut être aussi considéré comme un problème de sécurité.

Dès sa sortie officielle en 2009, des hackers avaient mis en avant les failles du système. En effet, Spotify utilisant un système hybride, nous recevons des informations par le biais d’autres utilisateurs de Spotify. Il serait donc possible que des personnes mal intentionnées profitent de ce système et utilisent notre ordinateur à notre insu. C’est un problème majeur qui est relativement inconnu, demandant quelques connaissances techniques pour l’appréhender.

D’autres sujets mettent en doute le fonctionnement des streamings musicaux et de Spotify, c’est le droit d’auteur. Il faut savoir que les lois reliées à la propriété intellectuelle ne sont pas adaptées au numérique. En plus de cela, le droit fonctionne par ressort et juridiction, les pays ayant chacun leurs propres lois. Une loi nationale est quasiment impossible sur Internet, puisque la dimension physique de l’information perd de son sens. Les streamings musicaux n’ont donc aucun cadre légal pour fixer les revenus des artistes, ce qui a contribué à de nombreux contentieux et disparition de certains morceaux sur ces plateformes. La loi sur la création architecturale et du patrimoine en France a été soumis le 28 septembre, et comprend une mesure pour ouvrir les négociations sur la définition des revenus pour les artistes. Cela pourrait changer beaucoup de choses pour l’économie des streamings musicaux, et permettra peut-être de reconquérir les utilisateurs et les artistes mécontents.

Spotify est une plateforme pratique à utiliser, qui essaye continuellement d’améliorer l’expérience de ses abonnés. Elle peut-être une véritable solution pour l’écoute légale en ligne, mais il ne faut pas nier toutes les polémiques à son sujet.

Publicités